Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Vous souhaitez arrêter de fumer ?

Concluez un Pact for Life d'un mois avec un de vos proches pour augmenter vos chances de réussite*

 

*Tabacstop.be

Comment aider une personne à arrêter de fumer?

Comment aider une personne à arrêter de fumer?

S’inscrire aux notifications par e-mail

Arrêter de fumer n'est pas chose simple. Pour ceux qui ont la chance (ou le bon sens) de ne jamais avoir fumé, il peut être compliqué de comprendre combien c'est difficile. Même pour les anciens fumeurs, les souvenirs s'estompent, car il est facile d'oublier les difficultés vécues une fois qu'elles sont passées.

Il est très important de se rappeler que la personne que vous essayez d'aider est dépendante de l'une des drogues les plus addictives connues. L'esprit et le corps des fumeurs sont devenus dépendants des petits pics de plaisir que leur procure la nicotine, et ils en sont venus à avoir besoin d'un niveau constant de stimulation nicotinique.

À mesure que la nicotine quitte leur organisme (dans un délai étonnamment court de trois jours seulement), ils vont ressentir une série de symptômes de sevrage. Ces derniers ne sont pas vraiment agréables : de l'anxiété à l'irritabilité, en passant par la difficulté à se concentrer. Ils n'en auront pas l'intention (et ils se détesteront pour l'avoir fait), mais ils pourraient bien reporter certaines de ces frustrations sur vous.

Les choses à faire et à ne pas faire

Ne leur dites pas que vous savez ce qu'ils vivent. Peut-être êtes-vous vous-même un ancien fumeur, mais l'abandon du tabac ne se fait pas de la même façon chez tout le monde, car certains sont plus touchés par les symptômes de sevrage que d'autres. Il est préférable de ne pas leur faire de suggestions basées sur votre propre expérience, mais de leur conseiller d'aller voir un professionnel de la santé pour obtenir du soutien et une aide adaptée à leurs besoins et à leur personnalité.

Dites-leur qu'ils peuvent y arriver, et rappelez-leur qu'ils s'en sortent bien : " Tu es à trois jours ; ça ne fera que s'améliorer ! " L'encouragement et le soutien sont d'excellents facteurs de motivation, mais ils doivent demeurer positifs.

Ne dissimulez pas leurs cigarettes ou leur briquet. Vous pensez peut-être les aider en supprimant leur capacité à s'allumer une cigarette, mais cela ne fera qu'accroître l'irritabilité avec laquelle ils sont déjà confrontés en raison du sevrage de la nicotine. S'ils sont en proie à une envie irrésistible, il se peut qu'ils se mettent en colère et aillent en acheter d'autres.

Essayez de les distraire s'ils sont sur le point de flancher. " Et si on allait faire un tour ? Et si tu ressens toujours l'envie plus tard, tu pourras alors décider. " Ou suggérez-leur une de nos méthodes pour remplacer les joies du tabac. La plupart des envies irrésistibles ne durent que trois à cinq minutes, donc si vous pouvez les empêcher de s'allumer une cigarette pendant cette durée, il y a de fortes chances qu'ils s'en remettent. Chaque cigarette non allumée est un pas de plus vers un abandon réussi.

Ne les taquinez pas et ne les menacez pas. Dire à un fumeur qu'il n'est pas si compliqué d'arrêter de fumer, ou des choses telles que : " c'est la cigarette ou moi ", ou encore lui rappeler les dangers pour sa santé (et celle de son entourage), cela ne lui apprend rien, surtout s'il est anxieux. Ils ont besoin de motivation et d'encouragement positifs.

Surveillez leur évolution et célébrez leurs réussites. Les trois premiers jours sont les plus difficiles, car la nicotine quitte leur organisme. Les trois premières semaines sont aussi difficiles, car le corps s'ajuste et les envies de fumer se font ressentir. Au bout d'un mois, ils ont franchi une étape importante, ce qui mérite d'être célébré. Récompensez leurs progrès en leur promettant quelque chose - au-delà d'une vie sans tabac - qu'ils attendront avec impatience au cours des semaines et mois à venir.

N'allez pas croire que le chemin est terminé parce qu'ils sont arrivés au sixième mois, ou même à un an. Bien que les chances de succès à long terme s'améliorent grandement après six mois, il est extrêmement facile pour un ancien fumeur de redevenir fumeur. La route est longue, et vos encouragements et la joie sincère de les voir réussir pourraient être la motivation dont ils ont besoin pour tenir jusqu'au bout. Même une parole aussi simple que " tu sens bon " peut faire toute la différence.

 

S’inscrire aux notifications par e-mail